Votre état d’esprit face au stress et vos situations gâchette

Résumé du cours :

1 – Exercice de cohérence cardiaque sur 5 minutes. Vous pouvez trouver des exemples sur You tube.

2 – Notre état d’esprit face au stress
Et si le stress était là pour nous inciter à changer de posture, prendre de la hauteur, passer du mode  automatique au mode adaptatif ? Et si le stress se manifestait pour nous faire comprendre que notre intelligence est en désaccord avec nos conditionnements ?
Notre cerveau fonctionne selon deux modes :
Mode automatique : rapidité, certitude, contrôle

Mode adaptatif : fluidité, innovation
Notre cerveau prend environ 5 000 décisions par jour. Il le fait en mode automatique de façon quasi inconsciente. Nous reproduisons les stratégies qui ont réussies et qui sont stockées dans notre disque dur. L’enjeu en cas de stress consiste à faire basculer nos prises de décision du mode automatique, au mode adaptatif. Ce travail a pour effet de réduire, voire de supprimer le stress.
Acceptation de la réalité (Rigidité = contrôle)
Exercice :
Faire zapper son mode automatique en imaginant des pensées alternatives
Choisissez et décrivez le plus objectivement possible une situation perçue comme négative et stressante.  Note sur le stress qui monte de 0 à 10. Répondez aux questions suivante à l’écrit.Nuages de mots clés

  • Que puis je penser d’autre?
  • Si je me mettais à la place d’un autre ou de l’autre ?
  • Dans cette situation, que puis je changer ?
  • Qu’est ce qui n’est pas sous mon contrôle ?
  • Si quelqu’un d’autre était dans cette situation, qu’est ce que je lui dirait ?
  • Faites le point sur votre ressenti. Comment se situe votre niveau de stress ? Êtes vous plus calme ? Notez votre stress de 0 à 10.

Quelques conseils :

  • Soyez attentif : Sachez reconnaître votre stress lorsqu’il s’exprime selon votre modalité favorite. Basculez alors en mode adaptatif. Les indices à observer :
    • des petites phrases telles que “je suis comme ça, on ne me changera pas” ou encore” j’ai toujours fait comme ça, et j’ai jamais eu de problème” sont le signe d’un mode automatique.
    • d’autres comme “je manque de recul”, ou “il y a quelque chose qui m’échappe”montrent que vous passez dans le mode adaptatif.
  • Changez de point de vue : modifier votre regard sur l’événement, et de manière plus générale sur les choses, les autres et surtout vous même
  • Restez motivée : changer de fonctionnement ou d’habitude n’est pas une mince affaire ! C’est un travail qui nécessite méthode et expérience avant d’y parvenir systématiquement. Persévérez
  • Travaillez en priorité les notes les plus faibles car elles représentent votre source de stressabilité. Cultivez vos notes les plus fortes.

3 – Les situations gâchette
Ce sont les situations “déclencheur” de stress.
Le système préfrontal du cerveau qui gère notre mode adaptatif, n’est opérationnel que vers 25 ans. Donc, toutes nos expériences précoces ont été traités par les étages inférieurs de notre cerveau, soit en mode automatique. L’apprentissage se fait sous le mode “émotionnel” et non rationnel. Le mode automatique mémorise donc l’expérience que nous vivons et l’associe à une émotion de plaisir ou de déplaisir. Idem pour les comportements : ceux qui sont récompensés = plaisir =envie de reproduire. Si l’expérience est reproduite un nombre suffisant de fois, cela devient un conditionnement. Nous sommes tous conditionnés à reproduire ou à éviter certains comportements (Skinner 1971 conditionnement et satisfaction des besoins)
L’irresponsabilité
Vous ne supportez pas l’irresponsabilité et les personnes qui ne mesurent pas les conséquences de leurs actes. L’irresponsabilité, ce n’est pas bien , c’est mal, c’est moche. Telle est votre croyance.
A priori vous êtes une personne qui tend à être responsable et conséquente. mais ce n’est pas toujours facile, n’est ce pas ? Parfois, c’est même lourd à porter, cette valeur représente un poids ! Elle peut avoir ses inconvénients comme assumer ses erreurs, quoi qu’il en coûte. Et aussi de garder toujours une certaine vigilance, une maîtrise au cas où les choses tourneraient mal. Être responsable, c’est par exemple se passer d’un plaisir parce qu’on pourrait le regretter après, non ?
Exercice :
Dans votre cas, quels seraient les inconvénients. Notez en au moins 5, mêmes légers.
Pensez maintenant à une personne que vous trouvez notoirement irresponsable. Elle vous agace ? Normal, c’est la preuve que vous fonctionnez en automatique.
Réfléchissons autrement, l’irresponsabilité doit bien avoir quelques avantages ? Par exemple, on gagne en rapidité parce qu’on ne passe plus son temps à penser aux conséquences de nos actes. Ou encore, on a davantage droit à l’erreur ce qui est utile pour apprendre.
Faites l’exercice et trouvez au moins 5 avantages à l’irresponsabilité sans vous dire “c’est nul” ou encore “je ne vois pas l’intérêt” (mode automatique). Notez les par écrit.
Posons nous quelques questions : d’où me vient cette capacité d’être responsable ? Qui me l’a apprise ? Qui m’a aidé à la développer ? En gros, dans cet apprentissage, quelles chances avez vous eu ?
Et si la personne à laquelle vous avez pensé n’avait pas eu cette chance ? Lui en voudriez vous de ne pas avoir pu développer cette capacité ?
Faites le point sur ce que vous pensez de l’irresponsabilité. pouvez vous imaginer un monde où vous vivez pleinement votre responsabilité sans vous sentir agressé par les personnes irresponsables ?
En résumé : Certaines situations déclenchent en vous systématiquement une réaction de stress due au fait que vous êtes confrontés à l’une de vos intolérances. Ce sont les vestiges de vos apprentissages. Le mode automatique mémorise l’expérience et l’associe à une émotion de plaisir ou de déplaisir. il génère des conditionnements qu’il stocke dans sa banque de données et établit des “vérités”, des croyances qui influencent vos comportements au quotidien.

4 – La méditation  en marchant

Questionnaire d’évaluation :

Évaluez l’atelier auquel vous avez participer ! Votre aide m’est précieuse pour améliorer constamment la qualité de mes interventions et être au plus prêt de vos attentes. C’est très court, cela ne vous prendra pas plus de 5 minutes, promis !
Retrouvez le questionnaire, en cliquant ici !

Les outils du premier atelier :

  1. Respiration et Centrage
  2. La relaxation de Jacobson :